Le Maroc utilise enfin son potentiel solaire !


fr.fotolia.com

Depuis 1990, le Maroc a entamé une phase de modernisation sur beaucoup de secteurs : industrie, agriculture, tourisme, infrastructures, … tout y passe. En 1999, les données changent ; un nouveau roi, jeune, moderne, populaire et très ambitieux arrive au pouvoir : le Maroc est en chantier.

Le rythme de cette reconstruction connaît une accélération extraordinaire au début des années 2000. Durant les 10 années suivantes, la croissance du pays a souvent été à deux chiffres, les besoins énergétiques du pays ont explosé et cru de près de 5% par an durant toute cette période.

Historiquement, pauvre en ressources énergétiques fossiles, le Maroc a toujours souffert, contrairement à ses voisins algériens et tunisiens, de ce manque de ressources. Le pays dépend pour beaucoup de l’extérieur, à 97% de son approvisionnement en énergies. L’impact sur sa balance économique se ressent d’autant plus que le Maroc connaît un essor économique et une progression démographique sans précédent. En raison de la forte hausse du prix du pétrole, la facture énergétique du royaume est passée de 2 milliards € en 2003 à près de 7 milliards € en 2008.

Le Maroc décide alors en 2010 de s’engager pleinement dans le développement des énergies renouvelables et ne lésine pas sur les moyens, près de 7 milliards € sont débloqués pour atteindre un objectif très ambitieux : porter en 2020 la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité à plus de 40%.

L’agence « Moroccan Agency for Solar Energy » – MASEN, sous surveillance directe du roi, a récemment été créée pour réaliser des projets de production d’électricité à partir de l’énergie solaire d’une capacité minimale de 2000 MW.

 

Le Maroc, nouvel eldorado du photovoltaïque ?

Le Maroc se situe sur la « Sun Belt », avec un ensoleillement de 3000h/an et un potentiel de 5Kw/m²/j. C’est l’un des pays les plus ensoleillés du monde. Une installation photovoltaïque à Berlin produirait au moins 2 fois plus si elle était placée au sud du Maroc.

Sa situation géographique et son interconnexion réseau avec le continent européen à travers des câbles électriques sous marins via l’Espagne d’une capacité de 1400MW, sont des raisons suffisantes pour penser que le Maroc est tout proche de réussir son pari d’indépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur.

A peine, cette nouvelle politique de développement de l’énergie solaire  entamée par le pays, que beaucoup d’intérêts se sont portés sur les projets de MASEN. De gros investisseurs internationaux ont manifesté leur intérêt aux différents projets lancés. En parallèle de cela, les consortiums DESERTEC et MEDGRID, qui ensemble ont pour objet de produire de l’énergie solaire en Afrique du Nord et Moyen-Orient et d’en transporter une partie en Europe, ont vu le jour.

La course à l’installation de fermes solaires et/ou parcs photovoltaïques au Maroc est clairement lancée. Le défi maintenant est donc d’atteindre l’objectif très ambitieux des 2000MW installés en 2020.

Le Maroc a tout pour plaire ; une chose est sûre, il plaît déjà au soleil !!!

 

Publicités

A propos Ali Ghaouti

Participant au Mastère Spécialisé en Management & Marketing de l'Energie (ESC Grenoble - Grenoble INP) et Apprenti Chargé d'Affaires chez Solarworld France SAS.
Cet article, publié dans Energie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s