DECOUVERTE DE L’INES… PAS QUE DU SOLEIL !

Grenoble Ecole de Management, 4 Octobre 2012… La nouvelle année scolaire commence,  et la troisième promotion du Mastère Spécialisé en Marketing et Management de l’Energie a les piles chargées pour bien démarrer ! Et pour commencer au mieux cette aventure, rien de mieux qu’une journée de découverte de l’INES, l’Institut National de l’Energie Solaire.

Nous remercions vivement M. Christian SCHAEFFER, Directeur du Département Formation d’INES, M. Vincent JACQUES LE SEIGNEUR, Secrétaire Général de l’INES, et M. Jean-Pierre JOLY, directeur de l’INES, qui, avec M. Olivier CATEURA et M. Cédric PAGES, nous ont accompagné pendant cette enthousiasmante journée au technopôle de Savoie Technolac, en nous donnant la possibilité de rentrer dans le cœur du centre de recherche.

Officiellement créé en 2006, l’INES est née de la volonté des élus (Département de la Savoie et Région Rhône-Alpes), de l’activité de l’ASDER (Association Savoyarde des Energies Renouvelables), de l’engagement des militants associatifs, et de l’investissement de grands laboratoires de recherche, notamment le CEA, le CNRS, le CSTB et l’Université de Savoie.

La création de l’INES relève un ambitieux défi : mettre en place une filière industrielle dans le domaine du solaire et du thermique, capable de donner à la France une place de leadership  dans la scène internationale. Les axes de recherche sont nombreux : des matériaux et procédés industriels employés pour la fabrication de cellules photovoltaïques, aux systèmes thermiques (ventilation, climatisation, centrales thermodynamiques), en passant par les nouvelles problématiques des bâtiments à énergie positive et du stockage stationnaire ou mobile.

Dans le domaine du photovoltaïque, l’objectif de l’INES est de développer la recherche amont, en se basant uniquement sur des problématiques industrielles de fabrication des cellules et des modules, ce qui permet d’instaurer  une grande synergie entre les différents acteurs et partenaires de la filière. Ainsi, l’enjeu de la recherche est double : il s’agit d’augmenter le rendement et la durée de vie des cellules et modules (à travers de nouveaux procédés de purification et de cristallisation du silicium, de nouvelles méthodes de fabrication …) , tout en baissant les coûts de production.

Dans cette direction, deux innovations ont particulièrement éveillé notre curiosité :

–          La technique de découpage des lingots de silicium. En effet, les lingots de silicium cylindriques (produits avec le silicium monocristallin) ou parallélépipédique (silicium polycristallin) obtenus à l’issue de l’étape de solidification sont ensuite découpés en fines plaques appelées « wafer » avec une scie à fil. Cette technique réduit considérablement les pertes par découpe tout en étant sûre et économique. De plus, étant donné que les fils sont fabriqués avec bois et sable, il n’y a pas de problématique liée à l’approvisionnement de matière. Le découpage par fil permet donc de réduire de façon importante les coûts de fabrication des cellules.

–          Les cellules  de silicium « Mono-like ». Ces cellules naissent de la combinaison entre les hauts niveaux de pureté des cellules de silicium monocristallin, et les coûts réduits  de fabrication des cellules de silicium polycristallin. Les cellules « Mono-like » représentent un compromis idéal entre rendement et coûts de fabrication. En effet, le rendement des cellules mono-like est jusqu’à 6% plus élevé que celui des cellules de silicium polycristallin, qui ont pourtant un coût de fabrication équivalent au triple de celui des nouvelles cellules.

L’INES n’est pas seulement resté confiné à l’énergie solaire. Afin de réduire la consommation énergétique croissante, l’institut s’est tourné vers la gestion énergétique du bâtiment, permettant d’améliorer l’efficacité énergétique des habitations du futur. Ainsi, l’INES a développé la filière des bâtiments « à énergie positive », c’est-à-dire, capables de produire plus d’énergie qu’ils n’en utilisent, en y intégrant l’énergie solaire (sous forme de panneaux photovoltaïques) mais aussi la prise en compte des systèmes thermiques et électriques présent dans l’habitation. En ce moment, l’INES teste trois maisons construites avec des matériaux différents (blocs de béton, béton banché et ossature en bois). Ces maisons ne sont pas habitées mais remplies de capteurs simulant la vie à l’intérieur. Le but de cette démarche étant d’obtenir des mesures expérimentales pour valider les modèles théoriques.

Comment construire une maison de 70 m2 n’utilisant que le soleil comme énergie ? Tel est le défi relevé et remporté par le Team Rhône Alpes (composé entre autres par GEM) lors du Solar Décathlon 2012. Piloté par les experts de l’INES, c’est un véritable projet collaboratif entre les professionnels du bâtiment & de l’énergie, les écoles d’architecture & d’ingénieur de la région, qui fait émerger les nouveaux concepts pour l’habitat de demain. Telle la canopée dominant la forêt et collectant 95% de l’énergie solaire, le projet Canopéa représente les 2 derniers étages d’une hometower, concept basé sur l’empilement de maisons individuelles et un espace collectif au sommet, permettant la mutualisation des équipements énergivore. L’efficacité énergétique y est pensée ici à l’échelle d’un groupement de logements, interagissant directement avec l’écosystème urbain et le réseau intelligent de gestion de la demande énergétique. A terme ces home towers pourraient rapidement sortir de terre que ce soit pour la restructuration du quartier de la presqu’ile scientifique à Grenoble ou dans le carré de la soie à Lyon.

En conclusion, nous sommes tous réellement enthousiastes de cette journée. Non seulement nous avons eu la possibilité d’élargir nos connaissances de manière active et enrichissante, mais nos découvertes ont aiguisé notre curiosité, en nous poussant à approfondir de manière autonome la réflexion et la recherche sur les thématiques abordées. La recherche dans le domaine du solaire et du thermique est un univers immense à explorer, qui évolue sans cesse grâce à la naissance de technologies toujours innovantes. En tant que futurs acteurs de cette scène, nous sommes particulièrement sensibles à ces évolutions continues, que, demain, nous suivrons et accompagnerons avec attention et inépuisable énergie.

« L’énergie humaine se nourrit de changement»

Éloge de l’énergie vagabonde, Sylvain Tesson

Rémy CARQUIN

Caterina CASIELLO

Christine GARNIER

Marion THILLOU

Publicités
Cet article, publié dans Energie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour DECOUVERTE DE L’INES… PAS QUE DU SOLEIL !

  1. Ecosunenergy dit :

    Article très intéressant, merci pour toutes ces informations.
    Alain
    http://www.ecosunenergy.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s